fbpx

Ce qui m’a fait devenir un meilleur leader

https://equisource.ca/wp-content/uploads/2021/11/leader.jpg

– Article du Main Street Journal, novembre 2021 –

Ce mois-ci, mon cheval Moondance m’a donné une précieuse leçon sur le leadership. Moondance est un Lusitanien 16,2 mains de 12 ans et un jeune cheval de dressage à la retraite qui m’a été donné en raison de problèmes de comportement. C’est un cheval fougueux et opiniâtre avec un sens aigu du leadership. Il a confiance en lui et sait ce qu’il veut, mais il a quelques insécurités. J’ai l’impression de me décrire, comme les chevaux reflètent qui nous sommes.

Quand j’ai sauvé Moondance il y a cinq ans, je lui ai donné un an pour être juste un cheval. Puis j’ai commencé à jouer avec lui afin de construire notre relation et sa confiance en moi. Il avait été débourré très jeune pour devenir un cheval de dressage et a été poussé très fort, car les propriétaires voyaient beaucoup de talent en lui. Mon objectif principal était de faire croire à ce cheval qu’il pouvait à nouveau être en sécurité et en confiance avec les humains. Au cours des trois années suivantes, notre lien est devenu incroyable sur le terrain et nous avons pratiqué l’équitation.

En janvier dernier, j’ai décidé de me concentrer pour devenir un meilleur cavalier de dressage. Heureusement pour moi, j’avais déjà Moondance, un cheval de dressage entraîné, pour atteindre mon objectif. J’avais tout prévu : en juillet 2021, je participerais à une compétition de dressage et serais certifiée niveau 4 de Cheval Québec (affilié à Canada Équestre). J’ai commencé à le monter trois fois par semaine et j’ai engagé un coach pour m’aider à progresser. Mais, je ne savais pas ce que Moondance avait en tête pour moi !

Tout se passait bien et ma confiance en Moondance était forte. Mais, après quatre mois d’entraînement, j’étais seule dans mon manège extérieur, à trotter le long de la rampe quand, au tournant, Moondance a commencé à secouer la tête, à se déplacer d’un côté à l’autre et à sauter de haut en bas sur ses pattes avant. La panique et la peur envahirent mon corps.

Qui était ce cheval sous moi ? J’ai essayé de rester sur son dos et de le calmer, mais les choses ont dégénéré si vite qu’après 30 secondes, j’étais au sol.

Quand je suis revenue à mes sens après être tombée, j’ai eu une vague de douleur dans mon bras gauche et des émotions mitigées. Je me sentais trahie et déçue, mais surtout en colère. Comment mon partenaire équin, en qui j’avais tellement confiance, a-t-il pu me faire ça ? Je voulais que Moondance sache à quel point j’étais contrariée. Je me suis approchée de lui, je l’ai attaché à une longe et je l’ai fait galoper en pensant : « Comment as-tu pu me faire ça ? J’ai été si bonne avec toi. J’ai été si patiente avec toi. Je pensais pouvoir te faire confiance.

Avant la leçon hebdomadaire suivante, j’étais tellement anxieuse que j’avais mal au ventre toute la matinée. Mais j’avais quand même hâte d’arriver à la grange. Cependant, ma question demeurait, pourquoi Moondance m’a-t-il fait ça ? Puis j’ai compris – et s’il s’agissait de mon leadership ? Et si, lorsqu’il tentait de prendre le relais en tant que leader dominant, je ne pouvais pas le ramener à moi ? Et si, en tant que leader, je ne savais pas où j’allais et ce que je voulais vraiment ? J’ai réalisé que Moondance avait ressenti mon incertitude et ma peur et que je devais travailler sur mon leadership. Je devais communiquer à travers ma posture, mes mains et jusqu’aux rênes, ce que je voulais et où je voulais aller. Je devais arrêter d’être dans ma tête et, à la place, être dans le moment présent pour le guider.

Après quelques jours passés sous le choc après que Moondance m’ait repoussée, j’ai décidé de me reprendre. Je voulais montrer à Moondance que je ne le laisserais pas tomber et que j’étais là pour lui en tant que leader.

J’ai décidé d’arrêter mes cours d’entraînement avec mon coach pour pouvoir me concentrer sur l’équitation juste pour le plaisir. J’ai commencé à monter Moondance dans mon manège couvert où il se sentait plus en sécurité. Nous avons commencé nos séances ensemble, avec 30 minutes de marche et de trot, trois à quatre fois par semaine. Je n’étais pas encore assez confiante pour galoper avec lui. Quand je le sentais stressé, je m’arrêtais, je me tenais au milieu de l’arène et je respirais. Cela nous a aidés tous les deux à nous sentir plus calmes. Même si j’avais un plan pour nos sessions, je suis restée à l’écoute de ce que ressentait Moondance. Quand il avait besoin d’être motivé ou rassuré, c’est ce que j’ai fait. Il ne s’agissait plus de mes besoins, mais des siens. Je savais que s’il sentait que j’étais consciente de son besoin de sécurité, son comportement ne dégénèrerait pas en me repoussant. Nous l’avons fait pendant les quatre semaines suivantes, avec des sessions plus longues chaque semaine. Puis, petit à petit, nous nous sommes remis à travailler sur les routines de dressage.

J’avais pris pour acquis que Moondance me ferait confiance, peu importe comment j’étais. Au lieu de cela, il m’a appris que le leadership est quelque chose sur lequel nous devons travailler tous les jours. Nous devons constamment réévaluer nos compétences en leadership et nous assurer que nous envoyons le bon message, que ce soit à nos partenaires équins, aux membres de notre famille, à nos collègues ou à nos amis.

Il y a encore des moments où je sens que Moondance pourrait se déconnecter de moi, mais maintenant, quand cela se produit, je fais les choses différemment, je prends mes rênes et je lui dis : “Moon, reste avec moi, n’y va pas.” J’ai choisi d’être son leader et de lui montrer la voie. Quand il sent que je le dirige, il se détend. Au lieu d’entrer dans une crise émotionnelle frénétique, il fait maintenant confiance à mes décisions et revient vers moi beaucoup plus rapidement.

Grâce à mon leadership plus fort, Moondance et moi avons tissé des liens plus étroits et nous galopons maintenant dans mon arène extérieure. Il est autorisé à remettre en question mes actions et ce que je lui demande, mais il est de ma responsabilité, en tant que chef, de le garder en sécurité (émotionnellement et physiquement) dans tout ce que je lui demande. C’est ma promesse envers lui. Nous avons construit plus de confiance et d’harmonie dans notre relation, et je peux maintenant appliquer ces leçons à mes relations humaines également.

Croyez que tout est possible !

 

Partager sur Facebook
Partager par email