fbpx

Ce que nous pouvons apprendre des chevaux sur la gestion de la peur

https://equisource.ca/wp-content/uploads/2021/09/fear.jpg

– Article du Main Street Journal, septembre 2021 –

Les chevaux et les humains ont des réponses de fuite intégrées pour réagir au stress, mais les humains ont beaucoup à apprendre des chevaux sur la gestion de la peur et du stress de la vie quotidienne. Avez-vous déjà vu un groupe de chevaux dans un champ avoir peur ? Peut-être que cela a commencé par un bruit effrayant, ou même quelque chose d’aussi simple qu’une branche qui craque dans un arbre à 20 mètres de la clôture. Quoi qu’il en soit, ils étaient convaincus qu’il y avait de quoi être stressé et, sans blague, les chevaux sont facilement stressés ! Les humains aussi.

Parfois, nous sommes effrayés et stressés par des choses vraiment mineures, comme recevoir une invitation à une réunion de travail, devoir passer un examen ou avoir une conversation inconfortable avec notre conjoint. Vous vous souvenez de cette branche près du pâturage des chevaux ? Il est très peu probable qu’elle se soit fissurée sous les pieds d’un prédateur vicieux. Je suis sûre que vous le sauriez même si les chevaux ne le savaient pas. En ce qui concerne cette réunion de travail ou cet examen, vous ne le savez peut-être pas à ce moment-là, mais cela ne vous déchirera probablement pas non plus. Pourtant, la réponse de peur est déclenchée de la même manière. Des chevaux effrayés pourraient s’élancer dans un galop effréné à travers leur pâturage, la cortisone et l’adrénaline parcourant leur corps à une vitesse folle. Les humains anxieux peuvent se tordre les mains, parler trop ou pas du tout, trop manger ou arrêter de manger, mal dormir et se tourmenter de scénarios imaginaires sur ce qui pourrait se passer lors de cette réunion ou de cet examen à venir, qui peuvent être dans plusieurs jours ou semaines à venir.

Alors que les humains continueraient à s’inquiéter, au détriment de leur santé physique et mentale, les chevaux auraient depuis longtemps libéré leur peur. Ils ont arrêté de courir parce qu’ils ont brûlé une bonne partie de cette peur et ont tourné la tête vers l’arrière pour vérifier le danger.  Ils se sont ébroués, ont écouté attentivement et n’ont rien entendu d’autre d’effrayant. Et puis, ils ont lâché prise.

Soudain, ils sont de nouveau dans le présent. Brouter, renifler doucement, agiter la queue contre les mouches, marcher calmement dans l’herbe. Respirer paisiblement. Ils n’ont plus peur. Ils ont surmonté leur peur. Pendant ce temps, les humains se tourmenteraient toujours avec tout ce qui pourrait mal tourner, cédant à leur peur et, parfois, la laissant envahir complètement leur vie. Honnêtement, comment diable avons-nous pu survivre en tant qu’espèce, accumulant toute cette peur du passé et anticipant tout ce qui pourrait arriver à l’avenir ?

Les chevaux n’auraient jamais pu survivre de cette façon. Tout comme nous, ils ont un instinct de fuite, mais contrairement à nous, ils ont évolué pour laisser cette peur s’en aller. S’ils ne l’avaient pas fait, ils se seraient détruits depuis longtemps, épuisés par le stress chronique, la fatigue, les ulcères et le manque de nutriments en refusant de manger ou de boire. Les chevaux ont évolué pour faire face à la peur en la surmontant et en vivant dans le présent. De toute évidence, les humains ne l’ont pas fait.

Alors que les chevaux ne font face qu’à la peur des choses présentes dans leur environnement, les humains ont tendance à aggraver les choses. Nous avons peur non seulement de ce qui nous arrive, mais aussi des histoires projetées dans nos esprits. Nous avons survécu en tant qu’espèce parce que nous avons tellement d’autres compétences que nous avons développées pour protéger notre instinct de survie. Cependant, nos compétences en gestion de la peur et du stress sont souvent si faibles qu’il est étonnant de voir comment nous, en tant qu’individus, survivons d’un jour à l’autre.

Nous pouvons apprendre beaucoup de la façon dont les chevaux gèrent la peur. Lorsque nos instincts nous avertissent qu’il y a quelque chose à craindre, nous pouvons surmonter cette peur, tout comme le font les chevaux. Au lieu d’avoir peur, nous pourrions transformer cette réponse en une autre émotion, telle que l’excitation et faire quelque chose pour brûler cette énergie avec l’exercice physique, par exemple. Puis, plus tard, nous pouvons regarder ce qui nous a fait peur, laisser tomber et revenir au moment présent. Revenir à faire tout ce que nous savons faire et, en particulier, tout ce qui nous maintient en paix. Nous pouvons nous rappeler que, pour l’instant, dans le temps présent, nous allons bien. Alors, la prochaine fois que nous entendons une autre branche craquer, nous devrions savoir comment nous éloigner de cette réponse instinctive, mais jusqu’à ce que ce moment arrive, nous pouvons rester calmes, sachant que dans le moment présent, nous allons bien et n’avons rien à craindre.

Partager sur Facebook
Partager par email