fbpx

Ce que j’ai appris en disant « oui » à une clinique sur le comportement du cheval

https://equisource.ca/wp-content/uploads/2021/12/julie-cheval.jpg

– Article du Main Street Journal, décembre 2021 –

Le mois dernier, j’ai eu le privilège de participer à une clinique privée sur le comportement du cheval avec mon mentor, Linda Parelli. Je ne pouvais pas être plus excitée : après 15 ans d’étude du comportement des chevaux à travers les vidéos, les livres et les cours en ligne de Linda, j’allais la rencontrer en personne. J’ai étudié de nombreuses méthodes différentes pour améliorer mes compétences en équitation et participé à diverses cliniques en Amérique du Nord, mais le style et l’approche que j’aime le plus sont ceux de Linda. Elle facilite la compréhension de la théorie et sa mise en pratique. J’ai dit « pratiquer » car c’est la clé pour devenir un excellent entraîneur naturel d’équitation. L’équitation est un art qui demande du leadership, de la patience, de l’observation et de l’amour.

Je veux partager ce que j’ai appris sur moi-même en participant à cette clinique. Cette fois-ci, ce n’est pas directement lié aux chevaux, mais la préparation de ce voyage m’a donné l’occasion de briser les vieux schémas de pensée et de voir les choses sous un nouveau jour.

Tout d’abord, permettez-moi de spécifier que j’habite à Montréal et que la clinique était à Ocala, en Floride, j’ai donc dû prendre des dispositions pour m’y rendre. En ces temps de COVID, voyager en Floride n’était pas la décision la plus facile. Les gens n’arrêtaient pas de me demander si j’étais certaine de vouloir y aller. C’était le premier obstacle – j’ai dû empêcher mes pensées négatives (qui tournaient en spirale) de prendre le contrôle : « Peut-être qu’ils ont raison, ce n’est pas sûr de voyager en ce moment. Je devrais peut-être annuler. C’est beaucoup trop cher. Je devrais économiser mon argent pour payer ma carte de crédit. Etc. »

Après 50 000 réflexions sur les raisons pour lesquelles je ne devrais pas y aller, j’ai décidé qu’il était temps d’arrêter de trop réfléchir et de le faire. Après tout, c’est ce que je voulais vraiment. Cette opportunité pourrait ne pas se reproduire, et rencontrer et apprendre avec Linda pour la première fois en personne serait un rêve devenu réalité. Puis une autre pensée négative s’est glissée : « Oui, mais il y aura d’autres cliniques. » Pourquoi mon esprit allait-il continuellement à l’encontre de ce que je voulais vraiment ?

Pour calmer vos pensées, la chose la plus simple à faire est de dire « non ». Ensuite, vous êtes libéré et vous n’avez plus besoin de combattre vos pensées négatives. Ce n’est pas toujours une mauvaise chose de refuser une opportunité, mais assurez-vous simplement que ce n’est pas par appréhension, insécurité, résistance ou paresse. Lorsque vous décidez de dire « oui », alors là c’est la vraie affaire et vous devez vous engager pleinement car même lorsque vous dites oui, des pensées négatives continueront de se manifester.

J’ai décidé de dire « OUI » à la clinique de comportement équestre. Ensuite, j’ai dû figurer comment y arriver : j’ai dû trouver un cheval de location et un logement, réserver des billets d’avion, louer une voiture, prendre des dispositions à la maison pour que mon mari puisse s’occuper des chevaux et des chiens… le tout en une semaine. Oui, j’ai oublié de mentionner que l’opportunité s’est présentée deux semaines avant le début de la clinique. Pendant que j’étais occupée à planifier tout cela, des pensées d’appréhension me venaient encore, me disant « Êtes-vous sûr? » Pour m’aider à m’en tenir à mon « oui », j’ai décidé de moi poser des questions au lieu de laisser mon esprit chercher des moyens de m’empêcher d’y aller.

Mes premières questions étaient : Quelles opportunités m’attendent dans cette clinique ? Où serais-je sans ces pensées négatives ? Quelles ressources dois-je mobiliser pour rendre ce voyage amusant, facile et plein de joie ? Qu’est-ce qui m’empêche de me concentrer sur la réalisation de ce voyage ? Lorsque vous prenez le contrôle des questions au lieu de laisser votre esprit vagabonder, cela ouvre une toute nouvelle façon de voir les choses et de nouvelles idées et solutions apparaissent comme par magie. Poser des questions active des neurones nouveaux et différents dans votre cerveau et vous aide à vous débarrasser des anciens schémas de pensée. Comme le dit Joe Dispenza « Les neurones qui s’activent ensemble se connectent ensemble ». Nous devons donc nous assurer que nous lançons les bonnes pensées.

Je pourrais continuer encore et encore à ce sujet, mais finalement, j’ai fait le voyage et j’ai passé un moment fantastique. J’ai atteint mon objectif d’en savoir plus sur le comportement des chevaux et de rencontrer mon mentor de longue date. Je me suis connectée avec les gens, j’ai joué avec des chevaux et je me suis tellement amusée. Tout s’est enchaîné facilement. Chaque jour de cette clinique de cinq jours, je devais me pincer quand je regardais Linda enseigner. Et comme toujours, les chevaux là-bas m’ont aidé à progresser.

À partir de tout cela, j’ai créé un nouveau programme sur COMMENT LES CHEVAUX APPRENNENT ET COMMUNIQUENT. Il sortira en ligne à la mi-janvier.

La prochaine fois que vous voulez vraiment quelque chose, dites « oui » et engagez-vous pleinement. C’est alors que la grande magie opère.

Partager sur Facebook
Partager par email